Retourner à se transformer avec l'Industrie du Futur

Témoignages

Rencontre avec Sandrine PELLETIER, PDG de l'entreprise APLIX

Aplix vise une juste utilisation des ressources

 

AGIR ECO-RESPONSABLE

Experte en fixations auto-agrippantes, l’entreprise Aplix au Cellier (44) déploie une politique RSE des plus active. Pour réduire encore son impact environnemental, elle mise notamment sur l’industrie 4.0. Rencontre avec Sandrine Pelletier, PDG de l’entreprise.

Vidéo :  Mars Vidéo- Simon CADOT    -  Article : FRAZZEO-Magali LECLANCHE 

Une transformation pas à pas

Emprunter la voie du 4.0, c’est également pouvoir mieux maîtriser son impact environnemental.

Voici 4 conseils pour avancer : 

Bien définir son objectif :

En termes de consommation de ressources (énergie, eau, matières premières…), chaque site industriel a ses spécificités. Il s’agit donc, après un diagnostic de ses besoins, de définir une feuille de route adaptée sur plusieurs années.

Résister aux « effets paillettes » :

Si prometteuses soient-elles, les dernières technologies ne sont pas une fin en soi. D’où l’importance de ne pas céder systématiquement aux tendances mais bien d’intégrer les nouveaux outils, qui répondent le mieux à la stratégie de l’entreprise.

Faire grandir les compétences :

Tout déploiement 4.0 nécessite un pilotage efficace en interne. Avant d’engager la démarche, l’entreprise doit donc faire le point sur les expertises dont elle dispose. Et engager, si besoin, une montée en compétences (formation, recrutements…).   

Accompagner le changement :

Source de performance à divers niveaux (industriel, environnemental…), l’usine du futur transforme les modes d’organisation et de travail. D’où la nécessité d’accompagner les hommes et femmes pour négocier au mieux ce virage.

 

Article : FRAZZEO-Magali LECLANCHE 

 

Le saviez-vous ?

Un ¼ de la consommation nationale d’énergie. C’est ce à quoi contribue l’industrie en France, selon les données de l’ADEME. Et cette consommation génère des émissions importantes de CO2, des charges pour les industriels et un frein donc à la compétitivité des entreprises. Si le secteur a diminué ses consommations énergétiques (- 11 % entre 1990 et 2014), l’ADEME estime que son efficacité énergétique  peut être améliorée de 20 % en moyenne d’ici 2035. L’industrie 4.0, pour cela, est un puissant levier.