Retourner à s'engager en RSE

Actualités

Sandrine Pelletier, dirigeante d’Aplix, place le dialogue au centre de son management

En 60 ans d’existence, l’entreprise Aplix, qui s’appelait initialement Velcro-France, a été transmise à deux reprises, d’abord au fils de son fondateur, puis à sa petite-fille, Sandrine Pelletier. Or depuis son arrivée en 2012, celle-ci a mis en place un nouveau mode de management qui laisse une large part au dialogue.

du0k9tgx4aebren.jpg

Alors que le siège social de l’entreprise se trouvait à Paris, Sandrine Pelletier a tenu à le déplacer afin qu’il soit au cœur de l’usine, dans la commune du Cellier en Loire-Atlantique. Cela lui permet ainsi d’être au contact de ses salariés : elle affirme en effet avoir besoin de contact humain et d’un aspect relationnel au travail, et n’envisageait pas de diriger à distance. 

Une fois par semaine, elle fait le tour des ateliers et écoute les problèmes des salariés, aussi bien professionnels que personnels, car les uns comme les autres entrent en compte dans le bien-être au travail, et par conséquent dans l’efficacité des salariés. 

Sa capacité d’écoute ainsi que sa franchise sont reconnues par son entourage professionnel, y compris par les partenaires sociaux. Même lorsqu'il y a des désaccords, ils admettent qu'elle prend la peine d'écouter sincèrement le point de vue de ses interlocuteurs.

Selon Sandrine Pelletier, ce mode de management n’est en aucun cas une marque de faiblesse. Elle estime en revanche qu’il possède une dimension féminine dans la mesure où les femmes ont souvent moins peur que les hommes de montrer de l’empathie et de l’écoute.